Close Window

Gaffiot, Dictionnaire latin-français (2016, ex 1934), merci à G. Gréco, M. De Wilde, B. Maréchal, K. Ôkubo!: commodo

commodo,² 2 commŏdō, āvī, ātum, āre (commodus), tr., 1 disposer convenablement : trapetum Cato Agr. 135, 7, monter un pressoir 2 [fig.] aliquid alicui, mettre à la disposition de qqn qqch., prêter à qqn qqch. [qui sera rendu] : ut hæc a virtute donata, cetera a fortuna commodata esse videantur Cic. Marc. 19, en sorte que ces avantages apparaissent comme un don de la vertu, et le reste comme un prêt de la fortune ; aurum alicui Cic. Cæl. 31, prêter à qqn de la vaisselle d'or ; alicui aurem patientem Hor. Ep. 1, 1, 40, prêter à qqn une oreille docile 3 appliquer à propos, approprier : parvis peccatis veniam Tac. Agr. 19, appliquer à propos l'indulgence aux fautes vénielles ; rei publicæ tempus Liv. 23, 48, 10, accorder à l'État le temps voulu [pour payer] 4 [abst] se montrer complaisant, rendre service (alicui) : publice commodasti Cic. Verr. 2, 4, 20, tu [leur] as fait des avantages officiels ; alicui omnibus in rebus Cic. Fam. 13, 32, 2 (omnibus rebus Cic. Fam. 13, 35, 2 ), obliger qqn en toutes choses ; nec, cum tua causa cui commodes, beneficium illud habendum est Cic. Fin. 2, 117, quand tu rends service à qqn dans ton propre intérêt, il ne faut pas considérer cela comme un bienfait.