Close Window

Gaffiot, Dictionnaire latin-français (2016, ex 1934), merci à G. Gréco, M. De Wilde, B. Maréchal, K. Ôkubo!: comperio

comperio compĕrĭō, pĕrī, pertum, īre (cf. peritus), tr., découvrir, apprendre : cum indicia mortis se comperisse manifesto diceret Cic. Br. 277, disant qu'il avait découvert des preuves certaines de l'attentat ; aliquid per exploratores comperire Cæs. G. 4, 19, 2, etc. ; ex captivis Cæs. G. 1, 22, 1 ; certis auctoribus Cic. Att. 14, 8, 1, apprendre qqch. par des éclaireurs, par des captifs, par des sources sûres || [avec prop. inf.] : posteaquam comperit eum posse vivere Cic. Amer. 33, quand il eut l'assurance qu'il pourrait vivre || omnia insidiose ficta comperta sunt Cic. Mil. 67, on a reconnu que tout avait été perfidement inventé || [abst] : postquam de scelere filii comperit Nep. Paus. 5, 3, quand elle eut connaissance du crime de son fils (Sall. J. 68, 1) || part. compertus, a, um, reconnu, assuré, certain : aliquid ab aliquo compertum habere Cæs. G. 1, 44, 12, tenir de qqn un renseignement positif sur qqch. ; quæ comperta habemus Cic. Font. 29, les choses dont nous sommes certains ; pro re comperta habere aliquid Cæs. G. 7, 42, 2, tenir qqch. pour certain ; si compertum est Cæs. G. 6, 19, 3, si c'est une chose sûre ; pro comperto polliceri Suet. Nero 31, promettre formellement || ex prædatoribus quidam compertum adtulerunt T. Quinctium agrum colere Liv. 7, 39, 11, certains apportèrent ce renseignement recueilli de quelques pillards que T. Quinctius cultivait un champ || compertum habeo, je suis assuré, je sais de science certaine [avec prop. infin.] : Sall. C. 58, 1 ; Liv. 3, 48, 1 ; 26, 45, 7 (pro comperto habeo Liv. 27, 36, 4) || abl. abs. au n. comperto : satis comperto Eordæam petituros Romanos Liv. 31, 39, 7, comme il était bien certain que les Romains gagneraient l'Éordée ; nondum comperto quam regionem hostes petissent Liv. 31, 39, 4, comme on ne savait pas encore avec certitude la direction prise par l'ennemi || le part. compertus avec le sens de convictus, convaincu de : nullius probri compertus Liv. 7, 4, 4, n'étant reconnu coupable d'aucune faute (Liv. 22, 57, 2 ; 32, 1, 8 ; Tac. Ann. 1, 3) ; [avec in et abl.] Suet. Tib. 35 ; [avec inf.] : compertus pecuniam publicam avertisse Tac. H. 1, 53, convaincu d'avoir détourné des deniers publics. → parf. comperii Diom. 372, 6 ; comperui Gloss. 4, 320, 3.