Close Window

Gaffiot, Dictionnaire latin-français (2016, ex 1934), merci à G. Gréco, M. De Wilde, B. Maréchal, K. Ôkubo!: consido

consido cōnsīdō, sēdī, sessum, ĕre, intr., 1 s'asseoir : positis sedibus consederunt Liv. 42, 39, 8, des sièges étant installés, ils s'assirent ; in pratulo consedimus Cic. Br. 24, nous nous assîmes sur une pelouse ; Platoni dormienti apes in labellis consederunt Cic. Div. 1, 78, des abeilles se posèrent sur les lèvres de Platon endormi ; ibi considitur Cic. de Or. 3, 18, là on s'assied ; considite transtris Virg. En. 4, 573, prenez place sur les bancs [de rameurs] || siéger : quo die primum, judices, consedistis... Cic. Verr. 2, 1, 19, le jour où pour la première fois, juges, vous êtes venus en séance || prendre place dans sa chaire [en parl. du professeur] : Sen. Ep. 88, 4 2 [milit.] prendre position, se poster, camper : sub monte Cæs. G. 1, 48, 1, prendre position au pied de la montagne (5, 49, 7 ; 1, 49, 1 ; C. 2, 20, 4, etc.) ; in insidiis Liv. 43, 23, 4, se poster en embuscade, s'embusquer 3 se fixer, s'installer, s'établir [qq. part pour un certain temps] : dubito an hic Antii considam Cic. Att. 2, 6, 2, je me demande si je ne m'établirai pas ici à Antium ; antequam aliquo loco consedero... Cic. Att. 5, 14, 1, tant que je ne me serai pas fixé qq. part... (Cæs. G. 2, 4, 2 ; 4, 8, 3) || [fig.] : in otio Cic. Att. 2, 4, 2, se fixer dans le repos [= rentrer dans la vie privée, après l'exercice d'une fonction publique] ; totam videmus consedisse urbem luctu Virg. En. 11, 350, nous voyons une ville entière plongée dans le deuil || ludorum religio in hac urbe consedit Cic. Har. 24, les jeux avec leur caractère sacré se sont fixés dans notre ville 4 s'abaisser, s'affaisser : Alpes licet considant Cic. Prov. 34, les Alpes peuvent s'abaisser ; terra consedit Liv. 30, 38, 8, la terre s'affaissa (30, 2, 12) ; mihi visum considere in ignes Ilium Virg. En. 2, 624, je vis Ilion s'abîmer dans les flammes (Tac. H. 3, 33) || [fig.] : ardor animi cum consedit Cic. Br. 93, quand la chaleur de l'âme s'est apaisée (10 ; Ac. 2, 88 ) ; consedit utriusque nomen in quæstura Cic. Mur. 18, vos deux noms sont bien restés au repos (dans l'ombre) pendant votre questure ; quia præsentia satis consederant Tac. Ann. 1, 30, parce que la situation était devenue assez calme || [rhét.] ut verborum junctio varie considat Cic. de Or. 3, 191, en sorte que la liaison harmonieuse des mots (la période) se termine de façon variée. → dans les mss on trouve qqf. les formes du pf considi : Enn. Var. 13 ; Liv. 9, 37, 2 ; 28, 12, 15 ; Tac. Ann. 1, 30 ; Plin. Min. Ep. 6, 20, 14 ; Gell. 5, 4, 1.