Close Window

Gaffiot, Dictionnaire latin-français (2016, ex 1934), merci à G. Gréco, M. De Wilde, B. Maréchal, K. Ôkubo!: frons

frons,² 2 frōns, frontis, f., 1 front : frontem contrahere Cic. Clu. 72, rider le front, cf. Cic. Sest. 19 ; adducere, trahere Sen. Ben. 1, 1, 5 ; 6, 7, 1, plisser le front, se renfrogner ; remittere Plin. Min. Ep. 2, 5, 5 ; exporgere Ter. Ad. 839 ; explicare Hor. O. 3, 29, 16, dérider, éclaircir le front ; frontem ferire Cic. Att. 1, 1, 1, se frapper le front [en signe de mécontentement] ; frons non percussa Cic. Br. 278, B. corrigé en Br. après contrôle dans le texte point de tapes sur le front [signe d'émotion de l'orateur] || [prov.] frons occipitio prior Cato Agr. 4, le front passe avant l'occiput [rien de tel que l'œil du maître] 2 le front = air, traits, physionomie, mine : tranquilla et serena Cic. Tusc. 3, 31, un front (un air) calme et serein ; severissima fronte aliquid dicere Cic. Rab. Post. 35, dire qqch. avec l'air le plus sévère ; hæc fero fronte et vultu bellissime, sed angor intimis sensibus Cic. Att. 5, 10, 3, je supporte cela fort joliment sur mon front et sur ma mine, mais je souffre au fond de moi-même ; fronte occultare sententiam Cic. Læl. 65, cacher ses pensées derrière son front ; tabella quæ frontes aperit, mentes tegit Cic. Planc. 16, bulletin de vote, qui laisse voir les fronts à découvert, mais qui voile les pensées, cf. in fronte ostentatio est, intus veritas occultatur Cic. Fin. 2, 78, tandis qu'il y a parade sur le front, à l'intérieur se cachent les vrais sentiments ; utrum fronte an mente dubitatur Cic. Att. 4, 15, 7, est-ce en apparence ou sincèrement ? on ne sait || reliquiæ pristinæ frontis Cic. Fam. 9, 10, 2, les restes de l'ancienne gravité ; proterva fronte Hor. O. 2, 5, 16, avec un front éhonté (= effrontément) ; humana fronte, certe leni placidaque Sen. Ben. 2, 13, 2, avec (sur les traits) de la bonté, ou du moins avec une douceur avenante ; frons durior Juv. 8, 189, front plus éhonté ; frons durissima Sen. Ben. 4, 38, 2, front dépourvu de toute honte ; salva fronte Juv. 11, 205, sans vergogne || [poét.] aplomb, assurance : Hor. Ep. 1, 9, 11 ; pudeur : Pers. 5, 104 3 [fig.] a) partie antérieure, front, face, façade : castrorum Cæs. C. 3, 37, 1, front d'un camp, cf. Cæs. C. 1, 80, 2 ; [front d'un navire] Virg. En. 5, 158 ; [d'une armée] Liv. 5, 38, 2, etc. || in frontem Cæs. G. 2, 8, 3 [in fronte α, in frontem β Cæs. G. 7, 23, 2], sur le devant, en face, cf. Plin. 17, 202 ; Tac. Agr. 35 ; a fronte Cic. Phil. 3, 32, de front, cf. Cæs. G. 2, 23, 4 ; C. 1, 25, 9 ; concurrere frontibus adversis Lucr. 6, 116, se heurter de front || in fronte Hor. S. 1, 8, 12 ; Liv. 25, 23, 11, en largeur || frontes geminæ, les deux faces extérieures du manuscrit roulé, la bordure, cf. Tib. 3, 1, 13 ; Ov. Tr. 1, 1, 8 ; b) façade, côté extérieur, apparence, aspect : frons causæ Quint. 4, 1, 42, la physionomie, l'aspect d'une cause || prima fronte Quint. 7, 1, 56 ; ex prima statim fronte Quint. 12, 7, 8, dès le premier aspect, de prime abord. → genre masc. : Pl. Mil. 202, cf. Gell. 15, 9, 4 ; Non. 204, 26.