Close Window

Gaffiot, Dictionnaire latin-français (2016, ex 1934), merci à G. Gréco, M. De Wilde, B. Maréchal, K. Ôkubo!: male

male mălĕ (malus), adv., comp. pejus, superl. pessime, 1 mal, autrement qu'il ne faut : male olere Cic. de Or. 2, 242, avoir une mauvaise odeur ; v. audio, habeo ; loqui Cic. Amer. 140, parler de façon préjudiciable, mal parler ; male loqui alicui Ter. Phorm. 372, parler mal de qqn ; pejus existimare Cic. Fam. 3, 8, 7, avoir plus mauvaise opinion ; male accipere aliquem verbis Cic. Verr. 2, 1, 140, accueillir qqn avec des paroles désobligeantes ; male, pessime Latine Cic. Tusc. 3, 20 ; Br. 210, en mauvais, en très mauvais latin || à tort, injustement : male reprehendunt Cic. Tusc. 3, 24, ils ont tort de critiquer || d'une façon qui ne convient pas : male sustinere arma Liv. 1, 25, 12, ne pas bien tenir ses armes || [presque syn. de non] : male pinguis harena Virg. G. 1, 105, terre qui n'est pas grasse, cf. Hor. O. 1, 9, 24 ; male sanus Cic. Att. 9, 15, 5, qui n'a pas sa raison 2 de façon fâcheuse, malheureuse : male est alicui Cic. Verr. 2, 4, 95, cela va mal pour qqn, il est dans une situation pénible ; Antonio male sit, siquidem Cic. Att. 15, 15, 1, maudit soit Antonius, puisque... ; dei isti Segulio male faciant Cic. Fam. 11, 21, 1, que les dieux confondent ce Ségulius 3 violemment, fortement [avec adj. et v. ayant un sens défav.] : male odisse aliquem Cæs. d. Cic. Att. 14, 1, 2, détester violemment qqn ; pejus odisse Cic. Fam. 7, 2, 3, détester plus ; male metuere Ter. Hec. 337, craindre fortement ; male parvus Hor. S. 1, 3, 45, diablement petit, trop petit, cf. S. 1, 3, 31.