Close Window

Gaffiot, Dictionnaire latin-français (2016, ex 1934), merci à G. Gréco, M. De Wilde, B. Maréchal, K. Ôkubo!: ne

ne,⁴ 4 nĕ, enclit. interrog., est-ce que ? chez les comiques apocope de la voyelle : adeon ; vin (= visne) ; satin (= satisne) ; viden (= videsne) ; juben (= jubesne), etc.

I [interr. simple], 1 [directe] : meministine...? Cic. Cat. 1, 7, te souviens-tu... ? tune id veritus es ? Cic. Q. 1, 3, 1, est-ce toi qui as pu avoir cette crainte ? tamenne...? Cic. Nat. 1, 81, est-ce que pourtant...? ex hacne natura...? Cic. Tusc. 1, 62, est-ce de cette nature...? quiane...? Virg. En. 4, 538, serait-ce parce que...? quemne servavi ? Pl. Mil. 13, est-ce celui que j'ai sauvé...? || [interrog. oratoire qui suppose un acquiescement] videtisne ut apud Homerum sæpissime Nestor de virtutibus suis prædicet ? Cic. CM 31, ne voyez-vous pas comment dans Homère Nestor parle souvent et ouvertement de ses vertus ? jamne vides...? Cic. Pis. 1, ne vois-tu pas maintenant...? cf. Cic. Fin. 5, 48 ; Tusc. 2, 53 ; Fam. 9, 22, 3 || egone...? Cic. Att. 15, 4, 3, moi... ? itane vero ? Cic. Cæc. 34, en est-il ainsi ? est-ce possible ? || [joint à des interrog.] : quone malo...? Hor. S. 2, 3, 295, de quel mal...? uterne...? Hor. S. 2, 2, 107, lequel des deux...? cf. quantane...? Hor. S. 2, 3, 317 ; utrisne Cic. Verr. 2, 3, 191 ; ecquandone Cic. Fin. 5, 63 || [dans les prop. introd. par ut] se peut-il que ? egone ut te interpellem ? Cic. Tusc. 2, 42, moi, t'interrompre ? utine prius dicat ? Pl. Rud. 1063, il parlerait le premier ? || [dans les prop. inf. exclam.] : Siculosne milites eo cibo esse usos...? Cic. Verr. 2, 5, 99, des soldats siciliens avoir eu la nourriture...? neutrumne sensisse ? Cic. Amer. 64, que ni l'un ni l'autre n'ait rien perçu ? 2 [interr. ind.] si : ut videamus, satisne sit justa defectio Cic. Ac. 1, 43, pour que nous voyions si votre défection est bien légitime ; Publilius iturusne sit in Africam, scire poteris Cic. Att. 12, 24, 1, tu pourras savoir si Publilius ira en Afrique || [ellipse du verbe principal] : pacta et promissa semperne servanda sint Cic. Off. 3, 92, c'est une question de savoir s'il faut toujours observer les conventions et les promesses.

II [int. double] 1 [directe] : tune... an ego...? Cic. Rab. perd. 11, toi... ou moi...? o stultitiamne dicam an impudentiam singularem ? Cic. Cæl. 71, ô singulière, faut-il dire sottise ou impudence ? me, jocansne an ita sentiens, cœpit hortari Cic. Ac. 2, 63, était-ce en plaisantant ou sérieusement ? il se mit à m'exhorter ; solusne aberam ? an non sæpe minus frequentes fuistis ? Cic. Phil. 1, 11, étais-je seul à manquer ? n'était-il pas arrivé souvent que vous étiez moins nombreux ? utrum igitur perspicuisne dubia aperiuntur an dubiis perspicua tolluntur ? Cic. Fin. 4, 67, est-ce donc que l'évidence éclaircit le douteux ou le douteux supprime-t-il l'évidence ? || p. anne v. an || ne... ne : Virg. En. 11, 126 2 [interr. ind.] : a) ne... an..., si ou si... : possimne propius accedere, an etiam longius discedendum putes, velim ad me scribas Cic. Att. 16, 13 a, 3, correction de la référence après contrôle du texte je voudrais que tu m'écrives si je puis m'approcher davantage de Rome ou si tu crois que je doive m'éloigner encore plus ; b) [précédé de utrum] : est etiam illa distinctio, utrum illudne videatur... an... Cic. Tusc. 4, 59, il s'agit aussi de distinguer entre ces deux points, si cette chose paraît... ou si..., cf. Cic. Phil. 2, 30 ; Verr. 2, 4, 73 ; c) [dans le 2e membre] : anne, ou non, v. an ; necne, ou non Cic. Com. 52 ; Nat. 1, 61 || recte secusne, alias viderimus Cic. Ac. 2, 135, nous verrons une autre fois si c'est à raison ou à tort || in incerto fuit, vicissent victine essent Liv. 5, 28, 5, on ne savait pas au juste s'ils étaient vainqueurs ou vaincus, cf. Hor. Ep. 1, 11, 3 ; Nep. Iph. 3, 4 ; d) [ne répété, rare] : neque interesse, ipsosne interficiant impedimentisne exuant Cæs. G. 7, 14, 8 [ex. unique d. César], il n'y a pas de différence entre les massacrer eux-mêmes ou les dépouiller de leurs bagages, cf. Virg. En. 1, 308.