Close Window

Gaffiot, Dictionnaire latin-français (2016, ex 1934), merci à G. Gréco, M. De Wilde, B. Maréchal, K. Ôkubo!: pereo

pereo pĕrĕō, ĭī (rare īvī), ĭtum, īre, intr.

I s'en aller tout à fait, disparaître : a) e patria Pl. Curc. 532, disparaître de sa patrie, cf. Pl. Rud. 1096 ; Ter. Eun. 521 ; b) pereunt imbres Lucr. 1, 250, les pluies se perdent, cf. Hor. O. 3, 11, 27.

II 1 périr, être détruit, anéanti : ædes perierunt Pl. Most. 148, la maison est anéantie ; tantam pecuniam perire potuisse Cic. Phil. 5, 11, qu'une si grande somme d'argent ait pu disparaître ; [noter cet emploi de l'adj. verbal] hæcine ubi scibit senex, puppis pereundast probe Pl. Epid. 74, quand le vieillard saura cela, il y a possibilité de perte de ma barque, (v. Gaffiot, 1929b, p. 226) ma barque risque joliment d'être perdue || [fig.] être perdu, employé inutilement : opera periit Cic. Att. 2, 17, 1, la peine est perdue || s'éteindre [en parl. d'actions judiciaires] : Liv. 39, 18, 1 2 périr, perdre la vie : Cic. Cat. 2, 21 ; Nat. 3, 81, etc.; fame Cic. Inv. 2, 172 ; naufragio Cic. Dej. 25, périr par la faim, dans un naufrage ; a morbo Nep. Reg. 3, 3, mourir de maladie ; ab aliquo Ov. P. 3, 3, 46, succomber du fait de qqn ; eodem leto sibi esse pereundum Cic. Div. 1, 56, [on lui disait] qu'il devait mourir de la même mort || [poét.] dépérir : amore Virg. B. 10, 10, se consumer d'amour ; aliquā Prop. 2, 12, 3, se consumer pour une femme ; [avec acc.] Pl. Pœn. 1095 3 être perdu, être dans une position désespérée : Cic. Att. 11, 9, 1 ; 14, 10, 1 || [chez les com.] perii ! je suis perdu ! c'est fait de moi ! || peream si, nisi Ov. H. 17, 83 ; P. 3, 5, 47, que je meure si, si ne... pas. → pf. perivit Apul. M. 4, 21 || pf. sync. peristi, peristis, perit Prop. 2, 33, 31 ; Pl. Capt. 749 ; Lucr. 4, 769 ; perisse Ov. Am. 2, 19, 56 ; Liv. 1, 49, 1, etc.