Close Window

DuCange, Glossarium mediae et infimae latinitatis (1883-7): MULTO

MULTO, Muto, Vervex, Gallis Mouton. Vita Aldrici Episcopi Cenoman. num. 56: Et debentur 7. Multones de pascuario cum lana. Charta ann. 862. apud Doubletum: Et de Flandris censum de Multonibus et formaticis, ac bubus, etc. Testamentum S. Fulcranni Episcopi Lodovensis: Porcos 3. optimos, et Multones sex. Charta ann. 1064. in Archivis S. Victoris Massil.: Donando in vita mea per singulos annos praefatis viris ex eodem manso unum Multonem et agnellum. Alia ann. 1247. tom. 1. Gall. Christ. inter Instr. pag. 80: Excepto quod censum de dicto castro, sive canonem qui erat unius sterlingi, permutamus in unum Multonem vivum, qui valeat octo solidos Villelmenses. Vetus Notitia ex Tabulario S. Albini Andegav.: Sicut panem, vinum et carnem, et Multones, et agnellos, et friscingas, etc. Thom. Walsinghamus in Edw. II: Quilibet porcus duorum annorum vendatur pro 3. solidis 4. d. Multo tonsus crassus pro 14. den. Multo lanatus crassus vendatur pro 20. den. Adde Chartam Henrici III. Imp. ann. 1043. apud Ughellum tom. 5. pag. 278. aliam Gastonis Vicecomitis Beneharn. ann. 1101. apud Marcam lib. 5. cap. 13. num. 2. Will. Thorn. in Chron. pag. 1804. 1905. eumd. Ughel. tom. 4. pag. 810. etc.

Ex his patet nihil immutandum in contextu Anonymi de Bello Palaest. lib. 4. cap. 1. apud Ludewig. tom. 3. Reliq. MSS. pag. 15. ubi legendum esse Mutones censebat Barthius; atque adeo per Multones, non minutos mulos, ut idem exposuit, sed verveces intelligendos esse.

Multo Vestitus, cum lana. Tabularium Prioratus de Paredo fol. 65: Et debet tale servitium, 1. porcum pretio 2. solid. et Multonem vestitum, 2. sextarios vini, etc. Alibi: Et reddit ipse masoerius porcum bonum, et Multonem vestitum, et coxam vaccae, etc. Fol. 45: Quae debet tale censum, omni anno Arietem 1. vestitum lana, aut 12. den. Fol. 64: Arietem cum lana, etc. Alibi: 1. Arietem nudum. Tabularium Prioratus de Domina in Delphinatu fol. 108: Et debent unum Multonem vestitum, etc.

Molto, Idem quod Multo, in Charta ann. 907. in Append. Marcae Hispan. col. 838. Charta ann. 997. in Tabular. Matisc.: Omnique anno ad mense Madio persolvat Moltonem unum, et in mense Octubrio porcum unum.

Molton, in Charta ann. 1116. Append. Marcae Hispan. col. 1245. Moltonus, in Statutis Vercell. lib. 3. fol. 56.

Mutilo, in Charta ann. 1277. apud Kennett. Antiquit. Ambrosden. pag. 287: iv. boves, vi. Mutilones, et sex africanae foeminae.

Monto, et Munto, in Diplomate Guillelmi Reg. Siciliae apud Rocchum Pirrum in Sicil. sacra pag. 280: Et pro tarenis, vino, Montonibus, agnellis, porcellis... Et pro tt. vino, Montonibus, agnellis, etc.

Montonus, ut Multo, in Statutis Montis Regal. fol. 264.

Muto, Eadem notione. Ebrardus in Graecismo cap. 9. et Joan. de Garlandia in Synonymis, de Ariete: Et cum sit mutus, poterit bene Muto vocari. Tabularium Bellilocense n. 91: Et exeunt duos solidos ad Nativitatem Domini, et 2. panes, et 2. gallinas, in Augusto, 8. denarios et 9. sextaria de sivada, in Martio duos Mutones. Unde vero vox Multo, vel Muto, orta, non omnino constat. Ferrarius ita dictos existimat arietes, quod in feminas saliant, quasi montans. Certe Picardi montons dicunt. Vide Animal, et Origines Gallicas.

Mutto, in Charta ann. 1113. apud D. Calmet. tom. 1. Hist. Lothar. col. 534.

Mutonagium, Moutanagium, Tributum ex vervecibus, seu mutonibus: Moutanage, in Consuetudinibus Bononiensi et Herliacensi; Montenage, in Consuet. Monstrol. art. 24. Montonage, in Edicto Caroli Regentis ann. 1358. tom. 3. Ordinat. pag. 223. Male editum in quibusdam Consuet. ut monet Raguellus, Montrouvage et Montaigne. In Chartophylacio Regio, scrinio, cui titulus, Monetarios, est Charta Joannis de Fonsomme Senescalli Viromand. ann. 1269. qua S. Ludovico Regi vendit 20. solidos annui reditus, quos habebat super Moutonagium villae S. Quintini. Charta Joannis Abbatis S. Bertini ann. 1228: Moutanagia vero habeo apud Scales, sicut hactenus habui. Occurrit saepe in Tabulis vernaculis. Computum Domanii Stapularum in Comitatu Bononiensi ann. 1475. fol. 36: Recepte de Moutonnages, qui se payent au jour de S. Jean-Baptiste, en paine de 60. sols d'amende; est à sçavoir pour chascune beste à laine, un denier. Regestum Feodorum Comitatus Andegav. ann. 1387: Perrot Rileau de Perçay homme lige à cause du sep et maison de la Baume à devoir garder les prisonniers, quand le cas y échet, et les rendre à Baugé, et aussi cueillir le Moutonnaige en la paroisse de Perçai et de Biteux.

Redit. comitat. Hannon. ann. 1265. ex Cam. Comput. Insul.: De xiij. bestes prent on une, et se tant n'en y a, chascune doit j. den. jusques à xij. deniers: si appiel l'on ceste valeur Moutonnage; si le prent-on à l'Ascension. Hinc Moutonnier appellatur, qui ejusmodi tributum exigit, in Reg. feud. eccl. Camerac.: Et pareillement est l'un des Moutonniers avec le iiij. frans fiefvés, et eux deux ensemble sont tenus de cacher le Moutonnage, dont pour ce il doibt avoir pour sa part au jour S. Jehan deux moutons.

Moltunagium, Eadem notione. Charta ann. 1256. in Tabular. Sangerm.: Pro advocatione sua x. sol. singulis annis de parte S. Germani accipiet et Moltunagium proprium habebit. Vide Largagium.

Montongium. Chartular. B. M. de Bono-nuntio Aurel.: Quando famulus in terram veniet Montongium quaerere, hospes ad cujus domum veniet, etc.

Motonagium, in Charta anni 1205. in Hist. MS. monast. B. M. de Blancha: Confirmo dictae abbatiae feodum quem nobilis domina mater mea cum una domo in Hero insula et Motonagio suo de Boing eidem abbatiae in perpetuum donavit. Alia ann. 1236. in Tabular. S. Quintini in insula pag. 344: Retinemus extra partem et nos in Motonagio, corveis, etc. Vide Wartepain.

Motunagium, in Tabular. S. Vincentii Cenoman. fol. 39: Dedi... abbatiae S. Vincentii.... illud servitium quod Motunagium quod vocatur, quod antecessores mei habebant de suis hominibus in Sagonensio.

Multonagium. Chartular. B. M. de Bono-nuntio Aurel.: Persolvunt decem et octo denarios per singulos annos propter Multonagium. Histor. Britan. tom. 2. pag. 162: Frumentagium, et Multonagium, et bidemium et talliatum, etc. Vide Frisengagium in Friscinga.

Accipitur etiam pro quovis tributo, in 1. Regesto Parlamenti Paris. fol. 6. sub ann. 1257: Inquesta facta super eo quod Praepositi D. Regis capiebant duo Moutanagia apud S. Richarium de burgensibus villae, unum rationi burgesiae, et aliud pro herbagio, etc. Charta ann. 1248. in Tabular. Maurigniacensi: De quibus nobis singulis unaquaeque masura integra directuram integram, Moutonagium scilicet 6. denariorum.... reddebant. In Tabulario domus publicae Ambianensis fol. 200. est Charta Caroli VI. Regis 20. Jul. 1385. in qua fit mentio auxilii, seu subventionis, pro facto guerrarum, appellatae Moutonnage courant.

Memor. D. Cam. Comput. Paris. fol. 43. r°.: Dies xxviij. Martii assignata domino de Bethisy ad computum de subsidio, vocato Moutonnage, in diocesi Ambianensi. Lib. cens. terrae d'Estilly ann. circ. 1430. ex Cod. reg. 9493. fol. 20. r°.: Ce sont les cens rendus audit lieu de Destille au jour de la S. Florons, appellez anciennement Moutonnages.

Multones, Mutones, Monetae aureae Regum Franciae, in quibus effictus Agnus Dei, uti vulgo dicimus, seu agnus lanatus cum crucicula, quas inde Denarios vel Florenos ad agnum appellabant nostri, Deniers, Florins à l'aignel, vel Moutons; quorum valor erat 12. sol. 6. den. Turon. qui solidi cum ex puro argento essent, ad 7. lib. 9. sol. 6. den. hodiernae monetae referri possunt. Charta laudata in voce Marca: A 15. Junii 1354. usque ad 1. Junii 1355. fiebant Mutones fini, auri fini, cursu 25. solid. etc. Charta Edw. II. Regis. Angl.: Rex tenetur Ottoni de Grandisono in 10. millibus Multonum auri. Charta ann. 1363. in Tabular. castri de Blein.: Ego Herveus de Leonia dominus de Noion, testamentum meum facio..... Do et lego abbatissae et conventui de Gaudio prope Hennebont centum Mutones auri semel solvendos. Advisamenta styli curiae eccl. Brioc.: In causis excedentibus valorem unius Mutonis auri veteris, sommam triginta duorum solidorum et sex denariorum usualis monetae valentis, edatur libellus, nisi causa et persona fuerint de exceptis. Reparationes factae ann. 1436. in Senescallia Carcasson. apud D. Lancelot: Pretio xxv. Mutonum auri, valente Mutone xvi. sol. viii. den. Froissartes 1. vol. cap. 171. ait post praelium Pictavense tum primum cusos ejusmodi nummos: Item en cel an ou mois de Janvier fit faire le Roy Florins de fin or, appellez Florins à l'aignel, pour ce qu'en la pile avoit un aignel, et estoient de 52. ou marc, et le Roy en donnoit lors qu'ils furent faits, 48. pour un marc de fin or, et defendi l'en lors li cours de tous autres Florins. Regestum Memorialium Camerae Comput. Paris. signat. C.: Ordinatio cursus Florenorum ad agnum, et evaluationis ad Scuta et marcam argenti: in contractibus communibus advaluatio in auro fiet faciendo de 74. Scutis Joannis unam marcam auri, quod advaluabitur ad pretium marchae auri in Agnis nunc currentibus, videlicet pro dictis 74. Scutis 48. Florenis ad agnum, quolibet computato pro 20. solid. Paris. aut faciendo pretium quod habebunt 6. Febr. ann. 1354.

Verum longe antea hac figura a Regibus nostris cusos nummos aureos constat, cum legamus Parlamentum Parisiense erga Regem Philippum Pulcrum potissimum institisse, ut monetae Francicae ad probitatem et valorem reducerentur quibus erant sub S. Ludovico, atque adeo Mutones aurei, ad 5. solidorum pretium, uti erant sub eodem Rege. Chartam porro praestat hic describere ex Tabul. Regio, scrinio, Monetarios, uti in duobus Rotulis pergamenis habetur, quibus inscriptum nude: La Court.

Item, si comme il li semble, que quant au fait de la monnoye de l'or, li Rois nostre Sire, ou sa Gent commis ou fet des monnoyes de l'or, pourroient donner 58. Moutons du marc à 24. quarres d'or monnoié et à monnoier, et au feur de l'autre à 20. quarres, ou à 18. ou au dessous en descendant jusques à la fin, sans rien rabattre de l'affiner.

Item dit, si comme il li semble, que qui ne prendroit que Florins au Mouton, qui courroient pour 6. sols 8. deniers de la monnoie à 6. deniers de 14. sols 8. deniers, et qui auroit cours pour 3. deniers à la Monnoie xviii. ou pour 2. den. à la Monnoie xv. ou pour 2. den. Tourn. petits à la Monnoie xii. et courroient pour 13. s. 4. den. de la monnoie à 3. den. 18. gr. qui courroient les deux pour un de ceux à 6. deniers et de 14. sols et 8. deniers qui courroient pour 3. oboles à la Monnoie xviii. ou pour un Parisis à la Monnoie xv. ou pour un petit Tournois à la Monnoie xii. dit, que peu courroient de Deniers d'or, se n'en couroit que d'une piece par le Royaume, quant aux marchandises qui s'y font: car autrement se corromproient les Ordonnances, qui les feroit, ne ne les pourront l'en tenir.

Item dit, si comme il li semble, qu'il vaudroit mieux donner cours à la monnoye de son Royaume, qu'il ne feroit à celle dehors. Pourquoy je di, Je ferois courre les Deniers du Roy de la Masse, les deux pour trois de ceux au Mouton, c'est à sçavoir pour 10. s. de la monnoie à 6. den. de 13. s. et 8. den. et pour 20. s. de la monnoie à 3. den. 18. grains, et de 18. s. 4. den. et pour 25. s. du Tournois petit, de ceux de 22. s. et 2. den. et pour 20. s. de Parisis à 4. den. 12. grains, et de 22. s. 2. den. et tout en la maniere que dessus est dit desdits Moutons, et non autrement.

Item dit, si comme il li semble, que s'il plesoit au Roy nostre Sire qu'il laissast courre de grace especiale les Deniers de Florence en son Royaume, tant comme il li plairoit, et que l'en les prinst de poids de 70. au marc, pour 5. s. 5. den. de la monnoie à 6. den. et de 14. s. 8. den. et pour 10. s. 10. den. de la monnoie à 3. den. 18. gr. et de 18. s. 4. den. ou pour 14. s. de petit Tournois de 22. s. et 2. den. et par ainsi ne vuideroit le Foiblage dudit Royaume, ou se fondroit au coing de la monnoye du Rog nostredit Sire, et par ainsi les Mantelez et ceux a la Chaire courroient pour deux de Florence, et par les prix que dit est en cet article.

Item dit, si comme il li semble, qu'il laissast courre Florins a la Royne pour 6. s. 3. den. de la monnoye à 6. den. et à 14. s. 8. den. et pour 12. s. 6. den. de la monnoye à 3. den. 18. grains, et de 18. s. 4. d. et par ainsi de la monnoye, comme dessus dit est.

Item dit, si comme il li semble, comme l'en donnast cours à Florins de Florence, à Mantelez, à Chaires, et à ceux de la Royne, s'entention est que pour le prix à quoy ils sont, si comme dessus est dit, et devisé, qu'ils n'ont nul cours; mais seulement pour tout fondre et convertir au coing des Deniers au Mouton de nostre Sire le Roy.

Item dit, si comme il li semble, que quant au fait de la monnoie d'or, qu'il face crier solemnellement par tout son Royaume, et sur la paine telle comme elle y appartient, et face tenir fermement les Ordonnances desdites monnoies pour le prix qui dessus sont dits, et bien garder à toutes les issues de son dit Royaume, qu'il n'en isse monnoie nulle, s'elle n'est d'or, avec la neuve à 6. den. et de 14. s. 8. den. et celle à 3. den. 18. gr. et de 18. s. 4. deniers.

Item dit, si comme il li semble, que s'il est tenu et gardé sans corrompre, ne enfraindre en la maniere que dessus est dit et devisé, l'on ouvrera à la xviii. à la xv. ou à la xii. et tout pour regle, sans corrompre l'oeuvre de l'or.

Item dit, si comme il li semble, que par celle Regle, ceux dehors le Royaume rapporteront pour un marc d'or 14. marcs d'argent, ou la valuë; ainsi s'emplira le dit Royaume d'argent à grant planté, et vuidera de l'or, en confondant ceux de hors du Royaume, que par leur cautelle, engin, ou soustiveté, l'ont mis dedans ledit Royaume.

Item dit, si comme il li semble, que qui aura audit Royaume 14 marcs d'argent pour un marc d'or, qui ne deveroit valoir que 10. marcs d'argent, si comme autrefois a vallu, quant l'en faisoit petits Tournois, l'en pourra bien laisser aller vuider hors du Royaume ledit or, quar encore y en demeurra-t-il assez.

Item, dit, si comme il li semble, que quand Deniers au Mouton ne vaudroient que 6. s. 8. den. de la monnoie à ob. den. et de 14. s. et 8. den. qui ne courroient de la bonne que pour deux petits Tournois, et de 13. sols 4. den. et de la monnoie à 3. den. 18. gr. et de 18. s. 4. den. qui courroient chascun pour un petit Tournois, il conviendroit mettre les Moutons de 6. s. 8. den. à 6. s. et de 13. s. 4. den. à 12. s. et les Florentins qui courroient pour 5. s. 5. den. de la monnoie à 6. den. et de 14. s. 8. den. et pour 10. s. 10. den. de la monnoie à 3. den. 18. gr. et de 18. s. 4. et tout pour le prix dessusdit: et ainsin conviendroit-il que l'en mist les Florentins de 5. sols 5. deniers à 5. s. et 10. s. 10. den. à 10. s. et tous les autres Deniers d'or, évaluez, si comme dessus est dit: et par tel point ne courroit-il audit Royaume pour marc d'or que 12. marcs d'argent.

Item dit, si comme il li semble, que qui voudroit évaluer l'or selon le bon temps du Roy Monsieur S. Louys, il conviendroit que l'on meist Deniers au Mouton à 5. s. de la monnoie à 3. den. 18. grains et de 18. s. 4. den. et Florentins à 4. s. 2. den. de la monnoie à 6. den. et de 14. s. 8. den. et pour 8. s. 4. den. de la monnoie à 3. den. 18. grains, et de 18. s. 4. den. et tous les autres Deniers d'or, conviendra avaluer au prix comme cy dessus est dit. Et par tel point ne courroit-il audit Royaume pour un marc d'or, que 10. marcs d'argent.

Item dit, si comme il li semble, que s'il plesoit à nos Maistres Nosseigneurs de la Court, à nous ouir sur le fét des monnoies dessusdites, tant à l'argent comme à l'or, de donner grace de nous entendre, il nous est advis que tout ce que dessus est dit, est bon et vray, à la grant honneur du Roy nostre Sire et au grant profit du commun peuple, pour toujours més ouvrer sans muer coing, tant de l'argent comme de l'or.

Id etiam firmat Instrumentum aliud ejusce aevi, quod ex Regesto Camerae Computor. Parisiensi signato Noster f. 208. eruimus, hicque perinde descripsimus in rei monetariae nostratis studiosorum gratiam.

Veezcy l'accort qui fu fait par les gens des bonnes villes, qui furent mandées pour le fait des monnoies l'an 1304. etc.

Premierement il fu accordé que l'en face petits Tournois et Petits Parisis et Mailles petites Tourn. et Par. du temps et de la loy S. Louys, et nulle autre monnoie.

Item il fu accordé que toutes monnoies fussent abatues d'or et d'argent, exceptez les Gros Tournois et les Mailles d'argent, le Gros Tournois pour 12. Tourn. et la Maille d'argent pour 4. Tourn. pour la faute qui est de monnoie, tant comme il plairoit à notre Seigneur le Roy.

Item, il fu accordé que la monnoie d'or à l'Aignel courre pour 10. sols Parisis, et toute autre monnoie d'or soit abatue.

Item, il fu accordé pour avoir plus matiere à faire monnoie, que l'en praigne le quart de la vessellemente d'argent par souffisante pris, et que l'en n'en face nulle vessellemente jusques à 2. ans.

Item, que le Roy pourchace pardevers ses Barons, que il se sueffrent de faire ouvrer jusques à 2. ans; car autrement il ne puet pas remplir son peuple de bonne monnoie ne son Roiaume: et furent à accort que li Rois doint tant en or en argent, que il n'i preigne nul profit.

Item, que li doubles que l'en appelle Cornus, fussent abattus de tous poins.

Ejusmodi monetarum aurearum ab ipsomet Philippo Pulcro cusarum mentio est praeterea in illius Statut. Monetariis. Statuto quippe dato Pissiaci die Martis post festum S. Vincentii ann. 1310. statuitur, qu'il sera forgé monnoie d'or, qui est et sera appellée à l'Aignel, laquelle est du temps S. Louys nostre ayeul, pour 16. s. Paris. et pour 8. s. de Bourgeois fors, et pour 16. s. de Bourgeois petits. Statutum aliud Ludovici Hutini Regis 15. Jan. ann. 1315: Item, parce que c'est notre volonté de garder les Ordonnances de Mons. saint Loys nous avons fait garder en nos Registres sus le fait de la monnoie de l'or, et avons trouvé que il fist faire le denier d'or, que l'en appelle à l'Aignel et le fist ajuster le plus lealement que il pot, et qu'il eust cours pour dix sols Parisis tant seulement. Ex quibus patet obtinuisse id genus monetae etiam sub ipso S. Ludovico. In Charta alia scripta die Jovis post Conversionem S. Pauli ann. 1311. ea moneta esse debet 88. denar. et tremiss. ad marcam Regiam. Statuto dato Pissiaci die Sabbati post Epiphaniam ann. 1313. statuitur ut Moneta à l'Aignel, quae tum cudebatur, valeat 15. solidis Turon. parvis. Et Statuto dato Paris. 17. April. 1314. omnis aurea moneta interdicitur, praeter eam quae dicitur à l'Aignel, quae tum cudebatur, pretii 15. sol. parvorum Turon. aut 12. solid. Paris. Denique Statuto Caroli IV. dato Parisiis 15. Octob. ann. 1322. statuitur fieri deniers à l'Agnel pour 7. sols et six deniers qui courront pour deniers Parisis, 15. sols des deniers sengles. Habentur ea Statuta in primo Regesto Memorialium Camerae Comput. Paris. fol. 13. 21. 35. 38. 39. 62. 131. 132.

Reg. 138. Chartoph. reg. ch. 287: Anno Domini 1359. die prima Februarii... Muto auri tunc currente pro xxxvij. sol. Turon. Invent. Chart. monast. Athanat. ann. 1519: Instrumentum ann. 1460. donationis cujusdam annuae pensionis, quatuor Mutonum auri, quolibet ponderante duos denarios auri. Lit. remiss. ann. 1379. in Reg. 115. ch. 18: Icellui Mahiet lui dist qu'il lui avoit presté un Mouton rex et dix sols. Aliae ann. 1422. in Reg. 172. ch. 60: La somme de soixante-quinze escuz, c'est assavoir deux dourderes et trois Moutonneaulx en or et le residu en blanche monnoye. Moutonnet, ibid. Lib. rub. fol. parvo domus publ. Abbavil. ad 15. Febr. ann. 1426. fol. 198. r°.: xij. Moutoncheaux d'or et dix frans en vieulx blans. Charta ann. 1472. 9. Febr. ex Tabul. Flamar.: Summa decem Mutonum auri, computando pro quolibet Mutone auri decem grossos auri, et pro quolibet grosso auri sex ardicos, et pro ardico duos jaquetos monetae nunc currentis. Eadem rursum leguntur in Ch. ann. 1475. ex eod. Tabul.

Multones Duplices, Moneta Brabantina, in Lit. remiss. ann. 1377. ex Reg. 111. Chartoph. reg. ch. 195: Florins de Brabant, appellez doubles Moutons.

Hinc igitur planum est, ea aetate, Mutones aureos in usu fuisse. Sed altius eorum originem repetendam censebat Magnus Peirescius, existimabatque, a Regibus nostris cusos, vigentibus contra Albigenses bellis, in quibus praecipua Crucesignatorum vexilla eo ipso Agno Dei insignita erant, qui inde pro insignibus toti Franciae Clero, et compluribus Ecclesiis Cathedralibus et Collegialibus mansit, atque adeo ipsi urbi Tolosanae, ex quo in eorumdem Crucesignatorum potestatem venit, servata tamen ejus, quam in insignibus gestabant Comites Tolosani, Crucis figura. Proinde putabat Peirescius cusas hac imagine monetas, quibus Crucesignatorum stipendia exsolverentur.

Hanc Peirescii sententiam utcumque firmant monetae Comitum Tolosanorum typi duo; unus Raimundi a S. Egidio, alter Alfonsi ejus filii, in quibus effictus erat Agnus Dei, ut testatur D. le Blanc. An inde Mutones aureos antiquiores esse S. Ludovico, an aliunde collegerit vir oculatissimus, tacuit. Ut ut est Mutonum originem a sanctissimo Rege repetendam nihilominus censet laudatus le Blanc; quorum usus ad tempora Caroli VII. obtinuit.

Mutones Flandrenses memorat praeterea Tilius lib. de Pactis inter Francos et Anglos sub ann. 1351. et 1361. pag. 273.

Habuit etiam Hispania suos Agnus Dei, de quibus ita Covarruvias de Veterum numismatum collatione cap. 5. n. 9: Ante ejusdem Henrici III. hisce in regnis habuit cursum moneta nuncupata Agnus Dei, quae initio aequivalebat Maravedinum : deinde percussa fuit ex tam infima materia, ut saltem valuerit unum Coronatum, vulgo Cornado, veluti traditur in Chronicis ejusdem Regis Henrici III. Istius monetae meminit etiam Mariana lib. de Ponder. et mensuris cap. 22.

Obtinuit etiam haec moneta in Dalphinatu sub Humberto II. ut probat Computus ann. 1333. tom. 2. Hist. Dalph. pag. 272: Item, recepit ab eodem ibidem Agnos de auro lxxv. et fuerunt expensi ad rationem de Carolinis xiv. cum dimidio pro quolibet, sunt in summa in Carolinis argenti unc. xviii. taren. iii. et granos xv.

Muto, seu Mouton, apud Froissartem 3. vol. cap. 102. pro machina bellica usurpatur, quam forte veteres Arietem vocabant. Qua saxa emittebantur ad quatiendos muros, atque adeo ab antiquorum ariete distincta; ab ipso tamen nomen inditum videtur, quod quemadmodum eo ariete, ita illa machina diruerentur muri: Un engin qui estoit merveilleusement grand; lequel avoit vingt piez de large et 40. piez de long; et appelloit-on celui engin un Mouton, pour getter pierres de faix dedans la ville et tout effondrer.

Moutonniere vero appellatur, Locus in carcere angustus, vulgo Cachot, in Lit. remiss. ann. 1479. ex Reg. 205. Chartoph. reg. ch. 258: Certains lieux de la geolle, nommez les Moutonnieres, qui sont les lieux où l'en a acoustumé mettre et tenir les prisonniers détenuz pour cas de crime.