Close Window

Gaffiot, Dictionnaire latin-français (2016, ex 1934), merci à G. Gréco, M. De Wilde, B. Maréchal, K. Ôkubo!: aspiro

aspiro aspīrō (adsp-), āvī, ātum, āre (ad, spiro), intr. et tr. ¶

I intr. 1 [au pr.] souffler vers : ad quæ (granaria) nulla aura umida ex propinquis locis adspiret Varro R. 1, 57, 1, [greniers disposés] pour que n'y parvienne aucun souffle humide venu des alentours ; adspirant auræ in noctem Virg. En. 7, 8, une brise légère souffle aux approches de la nuit ; pulmones se contrahunt adspirantes Cic. Nat. 2, 136, les poumons se contractent en soufflant vers l'extérieur (en expirant) || [poét.] tibia adspirare choris erat utilis Hor. P. 204, la flûte suffisait à donner le ton aux chœurs || [poét.] amaracus aspirans Virg. En. 1, 694, la marjolaine exhalant son parfum 2 [poét.] avoir un souffle favorable, favoriser : adspirat primo fortuna labori Virg. En. 2, 385, la fortune caresse (seconde) nos premiers efforts, cf. En. 9, 523 ; Tib. 2, 3, 71 ; Ov. M. 1, 3 ; Val. Max. 7, 4, 4 ; Sen. Ben. 3, 2, 2 ; Curt. 4, 14, 19 3 [fig.] diriger son souffle vers, faire effort vers, aspirer à, approcher de : ad Cæsarem ceteri non propter superbiam ejus, sed propter occupationem adspirare non possunt Cic. Fam. 7, 10, 1, les autres ne peuvent prétendre approcher de César, non pas à cause de sa fierté, mais à cause de ses occupations, cf. Pis. 11 ; Tusc. 5, 27 ; quo Carthaginiensium gloriosissimæ classes numquam aspirare potuerunt Cic. Verr. 2, 5, 97, endroit où les flottes si glorieuses de Carthage n'ont jamais pu prétendre avoir accès, cf. Tusc. 5, 13 ; Att. 2, 24, 3 ; quando adspirabit in curiam Cic. Verr. 2, 2, 76, quand prétendra-t-il assister aux séances du sénat ? || ex bellica laude aspirare ad Africanum nemo potest Cic. Br. 84, sous le rapport des talents guerriers, personne ne peut songer à atteindre l'Africain ; ad eam laudem quam volumus aspirare non possunt Cic. Or. 140, on ne saurait aspirer à la gloire que nous ambitionnons || avec le dat. [poét.] : nec equis adspirat Achillis Virg. En. 12, 352, et il cesse d'aspirer aux coursiers d'Achille ; muris aspirare veto Sil. 6, 605, je défends qu'on aspire à s'approcher des murs. ¶

II tr. 1 faire souffler : ventos aspirat eunti Virg. En. 5, 607, elle fait souffler les vents pour aider sa course 2 [fig.] inspirer : dictis divinum aspirat amorem Virg. En. 8, 373, elle pénètre ses paroles d'un souffle d'amour divin, cf. Quint. 4, pr. 5. ¶

III intr. et tr., [en gramm.] aspirer, faire l'aspiration : consonantibus non aspirant Quint. 1, 5, 20, ils ne font pas l'aspiration sur (ils n'aspirent pas) les consonnes ; huic nomini « heluo » aspiratur P. Fest. 99, 10, sur ce mot heluo on fait l'aspiration ; rusticus fit sermo si adspires perperam Nigid. d. Gell. 13, 6, 3, on a un parler grossier, si on fait les aspirations de travers || r in Græcis aspiratur Prisc. Gramm. 1, 40, r est aspiré chez les Grecs.