Close Window

Gaffiot, Dictionnaire latin-français (2016, ex 1934), merci à G. Gréco, M. De Wilde, B. Maréchal, K. Ôkubo!: suus

suus sŭus, a, um, son, sa, sien, sienne, leur, leurs :

I réfléchi 1 sceleris sui socios Romæ reliquit Cic. Cat. 3, 3, il a laissé à Rome les complices de son crime 2 si Cæsarem beneficii sui pæniteret Cic. Lig. 22, si César regrettait son bienfait, cf. Cic. Agr. 2, 26 ; Verr. 1, 1, 35 || habenda est ratio non sua solum, sed aliorum Cic. Off. 1, 139, il faut tenir compte non seulement de soi, mais d'autrui, cf. Cic. de Or. 2, 210 ; Tusc. 4, 20 ; quod sibi petitur, certe alteri non exigitur Cic. Com. 52, ce qu'on demande pour soi, on ne l'exige pas certes pour l'autre, pour l'associé || nihil erit iis domo sua dulcius Cic. Leg. 3, 19, rien ne leur sera plus doux que leur maison, cf. Cic. Sulla 88 ; Fin. 5, 37 ; Att. 10, 4, 4 ; de Or. 3, 26 ; Planc. 81 ; qui poterat salus sua cuiquam non probari ? Cic. Mil. 81, comment serait-il possible que personne désapprouvât ce qui assure son salut ? Cato me quidem delectat, sed etiam Bassum Lucilium sua Cic. Att. 12, 5, 2, je suis content de mon Caton [éloge de Caton], mais Bassus Lucilius l'est aussi de ses productions ; Gallis præ magnitudine corporum suorum brevitas nostra contemptui est Cæs. G. 2, 30, 4, les Gaulois en comparaison avec leur haute taille méprisent notre petitesse, cf. Cæs. C. 1, 22, 6 || eadem ratio fuit Sesti in necessitate defendendæ salutis suæ Cic. Sest. 92, ce fut aussi la conduite de Sestius, dans la nécessité de défendre sa vie ; de testibus a suis civitatibus notandis Cic. Fam. 3, 11, 3, au sujet de la flétrissure des témoins par leurs propres cités ; ipsis consistendi in suis munitionibus locus non erat Cæs. C. 2, 16, 2, eux-mêmes n'avaient pas une place pour s'arrêter dans leurs retranchements ; illa philosophorum de se ipsorum opinio Cic. Br. 114, la haute opinion que les philosophes ont d'eux-mêmes, cf. Cic. Br. 205 ; Or. 124 ; expositio sententiæ suæ Cic. de Or. 3, 203, l'exposé de son opinion, cf. Cæs. C. 1, 4, 3 || defendere equitem Romanum in municipio suo nobilem Cic. Clu. 109, défendre un chevalier romain notable dans son municipe, cf. Cic. Fam. 7, 24, 1 ; Verr. 2, 3, 74 ; Fl. 48 ; eum tu suorum civium principem cognosces Cic. Fam. 13, 78, 1, tu verras qu'il a le premier rang chez ses concitoyens, cf. Cic. Verr. 2, 1, 18 ; Phil. 10, 8 || quid dulcius datum est quam sui cuique liberi ? Cic. Quir. 2, qu'y a-t-il de plus cher pour chacun de nous que ses enfants ? || qqf. quisque séparé de suus ; quod est cujusque maxime suum Cic. Off. 1, 113, ce que chacun a de plus personnel, cf. Cic. Off. 2, 78 ; Nat. 2, 127 ; Leg. 3, 46, etc. || voluisti in suo genere unumquemque nostrum esse Roscium Cic. de Or. 1, 258, tu voulais que chacun de nous fût dans son genre une espèce de Roscius, cf. Cic. Verr. 2, pr. 46 ; Fin. 5, 5 ; Q. 1, 1, 45 || Dejotari adventus cum suis copiis Cic. Att. 5, 18, 2, l'arrivée de Déjotarus avec ses troupes, cf. Cic. Tusc. 1, 41 ; de Or. 2, 247 ; Agr. 2, 53 ; Cæs. G. 5, 53, 3 ; C. 3, 24, 3 3 [dans une subordonnée] : petunt rationes illius, ut minuatur contra suum furorem imperatorum copia Cic. Mur. 83, son intérêt demande qu'il y ait moins de généraux à opposer à sa démence || non quæ privatim sibi eripuisti, flagitat Cic. Verr. 2, 5, 128, il ne réclame pas ce que tu lui as dérobé au titre privé ; quod pro se opus erat, ipse dicebat Cic. Br. 102, il disait lui-même ce qu'il fallait pour sa défense, cf. Cic. Phil. 2, 7 ; Att. 2, 7, 5 ; Quinct. 14 ; Inv. 1, 55 ; 1, 70 ; 2, 7 || mimulam suam suas res sibi habere jussit Cic. Phil. 2, 69, il a donné ordre à sa comédienne de reprendre ses effets ; neque propinquum suum P. Crassum suapte interfectum manu vidit Cic. de Or. 3, 10, et il n'a pas vu le suicide de son parent P. Crassus.

II sens possessif 1 son propre : desinant insidiari domi suæ consuli Cic. Cat. 1, 32, qu'ils cessent d'attenter aux jours du consul dans sa propre maison ; hunc sui cives e civitate ejecerunt Cic. Sest. 142, ses propres concitoyens l'ont banni ; nusquam locum ei datum a suis civibus Cic. CM 63, [on dit] qu'une place ne lui avait été réservée nulle part par ses concitoyens ; [noter] sua morte defunctus Suet. Cæs. 89, mort de mort naturelle || nomen (verbum) suum, le mot propre : magis delectari alienis verbis quam propriis et suis Cic. de Or. 3, 159, aimer mieux le mot métaphorique que le mot propre, exclusivement réservé à l'objet, cf. Cic. Fam. 9, 22, 2 ; Fin. 5, 91 ; Off. 1, 127 || propre, particulier, personnel : quid suum, quid alienum sit, ignorare Cic. de Or. 1, 173, ignorer ce qui est à soi personnellement ou à autrui, cf. Cic. Part. 76 ; 77 ; 80 ; quæ est animo natura ? propria, puto, et sua Cic. Tusc. 1, 70, quelle nature a l'âme ? une nature propre et qui n'est qu'à elle, à mon avis || [= sui juris] : ancilla quæ mea fuit hodie sua nunc est Pl. Pers. 472, la servante qui était à moi encore aujourd'hui s'appartient maintenant, est libre ; [fig.] poterit esse in disputando suus Cic. Fin. 4, 10, il pourra dans les discussions rester son maître [ne pas dépendre d'autrui], cf. Sen. Ep. 75, 18 || dévoué : ut perspiciat, si in eo negotio nobis satis fecerit, totum me futurum suum Cic. Att. 15, 1, 2, de façon qu'il voie bien que s'il nous donne satisfaction dans cette affaire, je serai tout à lui 2 favorable, avantageux, propice : a) habuisset suos consules Cic. Mil. 89, il aurait eu des consuls à lui, à sa dévotion ; utebatur populo suo Cic. Quinct. 29, il avait pour lui le peuple ; b) suis locis bellum ducere cogitabant Cæs. C. 1, 61, ils méditaient de traîner la guerre en longueur dans une région favorable ; ventis iturus non suis Hor. Epo. 9, 30, sur le point de partir avec des vents défavorables 3 sui, les siens : quæsivit salvusne esset clipeus ; cum salvum esse sui respondissent Cic. Fin. 2, 97, il demanda si son bouclier était sauf ; les siens lui ayant répondu qu'il était sauf..., cf. Cic. Tusc. 1, 92 ; Cæl. 5 ; de Or. 3, 7, etc. || suum, n. et surtout pl. sua, son bien, ses biens, leurs biens : socios sui nihil deperdere vult Cæs. G. 1, 43, il veut que les alliés ne perdent rien de leurs biens ; se suaque defendunt Cæs. G. 1, 11, 2, ils protègent eux et leurs biens, cf. Cæs. G. 2, 13, 2, etc. → gén. pl. suum Ter. Ad. 411 || arch. sam = suam P. Fest. 47, 3 ; sis = suis Enn. Ann. 149 ; sos = suos Fest. 301 ; P. Fest. 300, 6 || sovos = suus ; sovo = suo ; soveis = suis : CIL 1, 1211, 4, etc.