Close Window

Gaffiot, Dictionnaire latin-français (2016, ex 1934), merci à G. Gréco, M. De Wilde, B. Maréchal, K. Ôkubo!: tempero

tempero tempĕrō, āvī, ātum, āre (tempus).

I tr., 1 disposer convenablement les éléments d'un tout, combiner (allier, mélanger, unir) dans de justes proportions : herbas Ov. F. 5, 402 ; colores Plin. 2, 79, faire une combinaison d'herbes, de couleurs ; acuta cum gravibus Cic. Rep. 6, 18, combiner les sons aigus avec les graves, cf. Cic. Or. 99 ; ea cum tria sumpsisset, in unam speciem temperavit Cic. Tim. 22, ayant pris ces trois choses, il les allia en une seule essence ; (hi pedes) sunt inter se miscendi et temperandi Cic. Or. 197, (ces pieds) doivent être mêlés et combinés habilement entre eux, cf. Cic. Or. 103 || faire en combinant : venenum Suet. Nero 2, composer un poison ; vinum Plin. 29, 50, préparer un vin [médicament] ; [d'où, au pass.] ex igni atque anima temperatus Cic. Nat. 3, 36, formé de la combinaison harmonieuse du feu et de l'air, cf. Cic. Off. 3, 119 ; Rep. 1, 69 ; sit permixta et temperata numeris (oratio) Cic. Or. 195, que la prose soit faite d'un mélange et d'une heureuse combinaison de pieds 2 organiser, régler : rem publicam Cic. Tusc. 1, 2, organiser un état politiquement, cf. Cic. Div. 1, 96 ; Ac. 2, 3 ; frigoris et caloris modum Cic. Nat. 2, 19, régler la distribution du froid et du chaud, cf. Cic. Or. 60 || diriger, gouverner : mare ac terras variisque mundum horis Hor. O. 1, 12, 15, gouverner la mer et les terres ainsi que l'univers par la diversité des saisons, cf. Hor. O. 3, 4, 45 ; 4, 12, 1 ; delirum senem Hor. S. 2, 5, 71, diriger à sa guise un vieillard en enfance ; Gallica lupatis ora frenis Hor. O. 1, 8, 6, dresser les chevaux gaulois au moyen de freins à pointes 3 modérer, tempérer, équilibrer, régulariser : aquam ignibus Hor. O. 3, 19, 6, tiédir l'eau (modérer sa fraîcheur par le feu) ; etesiarum flatu nimii temperantur calores Cic. Nat. 2, 131, le souffle des vents étésiens modère les chaleurs excessives ; ea quæ speras Tulliæ meæ prudentia temperari posse Cic. Fam. 2, 15, 2, les points sur lesquels tu espères que la sagesse de ma chère Tullia peut apporter un tempérament || annonam Suet. Tib. 34, régulariser les cours du marché ; iras Virg. En. 1, 57, modérer les courroux || ferrum Plin. 34, 145, tremper le fer.

II intr., 1 garder la mesure, l'équilibre, être modéré : a) in aliqua re Pl. Epid. 111, garder la mesure en qqch. ; in multa Liv. 2, 52, 5, relativement à beaucoup de choses, cf. Sall. J. 85, 9 ; b) ab injuria Cæs. G. 1, 7, 5, se garder de l'injustice, s'abstenir de l'injustice, cf. Her. 2, 29 ; Virg. En. 2, 8 ; Liv. 7, 20, 9 ; 25, 25, 9 ; 39, 10, 9 ; c) temperare avec ne Pl. St. 117, s'abstenir de, [ou avec inf.] Pl. Pœn. 33, etc. ; d) non temperare quin Cic. Verr. 2, 4, 34, ne pas se retenir de, cf. Tac. Ann. 3, 67 ; Suet. Claud. 41, etc.; Sen. Ep. 114, 19 ; non temperare, quominus Plin. 18, 41, ne pas se retenir de 2 être modéré ; a) alicui, pour qqn, ménager qqn, épargner qqn : alicui in aliqua re Cic. Verr. 2, 2, 17, ménager qqn en qqch., cf. Cic. Verr. 2, 2, 4 ; 1, 154 ; Balbo 60 ; b) ab sociis Liv. 6, 17, 8, épargner les alliés 3 [avec dat.] maîtriser : a) sibi temperare ab aliqua re Her. 4, 25, se maîtriser sous le rapport de qqch., s'abstenir de qqch. [ab aliquo Sen. Clem. 1, 26, 4, épargner qqn] ; sibi non temperare, quin Cæs. G. 1, 33, 4, ne pas se retenir de, cf. Sen. Ben. 2, 29, 2 ; vix temperavere animis, quin Liv. 5, 45, 7, ils eurent peine à se retenir de ; b) linguæ tempera Pl. Rud. 1254, tiens ta langue, cf. Liv. 28, 44, 18 ; victoriæ temperare Sall. C. 11, 7 (Cic. *Marc. 8), être modéré dans la victoire ; vix lacrimis temperans Liv. 30, 20, 1, maîtrisant ses larmes avec peine ; iræ temperare Liv. 33, 20, 6 ; gulæ Plin. Min. Ep. 2, 6, 5 ; risu [= risui] Liv. 32, 34, 3, maîtriser sa colère, sa gourmandise, son rire ; manibus Liv. 2, 23, 9, etc. ; Curt. 7, 5, 24, s'abstenir de voies de fait ; oculis Liv. 21, 22, 7, s'abstenir de regarder ; non temperamus imperiis, quominus illi auxilii egeant Liv. 3, 52, 9, nous ne mettons pas à notre exercice du pouvoir un frein suffisant pour qu'eux [le peuple] n'aient pas besoin de secours [le secours des tribuns].